Né en 1930, Roger Bénévant est un artiste d'une curiosité intarissable. Avant tout peintre et sculpteur, il est aussi un écrivain, passionné de restauration d'œuvres, érudit en symbolique et en mythologie, expert en géométrie et sciences hermétistes.

Grave, monumentale et explosive, sa peinture se tourne dès le début des années 1960 vers les mythes grecs au travers du prisme de sa vision, irriguée par une connaissance intime de ce passé classique. Commencée en 1962, sa « Suite mythologique », composée de douze grands formats représentant chacun une figure chère à l'artiste, explore les mythes dans un style à la fois terriblement actuel et inexplicablement originel ; c'est chargée de symboles et de compositions géométriques complexes que son œuvre invite à la redécouverte de soi, de sa culture, de ses origines. Cette série s'achève par le chef-d'œuvre de l'artiste, « L'Apothéose d'Héraclès ». Dans cette œuvre qui représente à elle seule dix ans de travail culminent toutes ses recherches picturales.

Roger Bénévant puise aussi depuis toujours son inspiration dans la réalité quotidienne au travers de ses natures mortes, paysages et portraits d’où émane une force communicative qui enlève l’adhésion de tout esprit lucide et sensible. Même si les sujets sont traités de façon réaliste, ses talents de coloristes donnent à ces toiles figuratives une stylisation quasi-abstraite d’une composition parfaite.

Roger Bénévant, à 89 ans, continue d'explorer les mythes et leurs significations, en tentant de transposer sa vision symbolique et psychanalytique à travers sa série des

« Femmes mythiques ».

 

Son activité de peintre ne doit cependant pas occulter son intérêt pour la sculpture et son attrait pour le bronze qu'il emploie depuis plusieurs décennies pour réaliser des figures féminines inspirées de mythes antiques, et dans lesquelles il transpose spatialement les drames intimes de leurs tragédies.

Spécialiste de géométrie symbolique, il livre une partie de ses découvertes autour de la construction de l'ennéagramme dans son ouvrage Liber Corax : Geometricae Hermeticae Claves. Dans un second livre, La voie retrouvée du labyrinthe, il propose son interprétation des origines du symbole du labyrinthe.

Tanguy Béraud (historien d'art)

Photographies N&B de David Décamps